Le tour du monde de l’éducation : L’Asie de l’Est

TitchR.com vous propose de partir pour un tour du monde de l’éducation, un monde où chaque région est riche de cultures différentes, auxquelles l’éducation et ses modes de transmission sont intimement liés à travers des modèles éducatifs, des méthodes  et des conséquences spécifiques sur les économies et leur développement.
Pour commencer ce tour du monde, nous allons nous immiscer en Asie, continent réputé pour son modèle éducatif.

Existe-t-il un modèle éducatif asiatique ?

imageQuand on constate que le classement PISA (acronyme pour «Program for International Student Assessment» en anglais, et pour «Programme international pour le suivi des acquis des élèves» en français) mesurant les performances des systèmes éducatifs, est dominé par des pays ou villes asiatiques, on peut se dire qu’il existe une constante en Asie de l’Est, celle de la valorisation de l’éducation et son rôle essentiel dans le développement social, économique et (parfois) idéologique. Force est de constater qu’au levant, la réussite est la résultante du travail et non de capacités ou de dons innés.

Un modèle éducatif entre modernité et tradition

Beaucoup connaissent, à raison, le système éducatif asiatique par la culture du « par cœur ». Mais cette manière d’apprendre n’est pas aussi vide de sens qu’on nous le fait penser. Dans leur ouvrage intitulé « The Chinese Learner », David Watkins et John Biggs montrent qu’il s’agit :

« d’un processus d’apprentissage par induction : les apprenants fabriquent du sens en généralisant des concepts, à partir de et en lien, avec ce qu’ils savent déjà ou ce qu’ils ont pu observer. ».

Pour faire simple, les élèves apprennent en essayant de faire un lien avec ce qu’ils ont vu, observé, appris. On peut dire que les élèves « apprennent à apprendre » et c’est sur cette base méthodologique que le modèle asiatique s’est modernisé, en plus des outils et des connaissances dont ces pays disposent généralement.

Des modèles dans le modèle ?

Bien sûr on ne peut pas réduire l’Asie à un seul modèle même si des constantes ressortent : ce qui se passe à l’école en Indonésie est différent de ce qui se passe en Chine et au Japon.

En Indonésie :

map indonesia-01

« En Indonésie depuis les années 1990 le gouvernement a pris conscience du rôle de l’éducation comme facteur de développement économique et a mis en place des moyens importants pour améliorer l’accès à l’éducation, pour rattraper le retard, des dizaines de milliers d’écoles élémentaires avaient déjà été créées dans pratiquement tous les villages depuis les années 70. Ce développement ne s’est pas fait sans difficultés : faiblesse et uniformisation excessive des contenus, dégradation de l’image des enseignants lesquels auparavant étaient bien considérés mais trop d’enseignants peu formés ont été recrutés dans l’urgence. Les derniers résultats de PISA, assez faibles en Indonésie, alors que les enfants sont heureux à l’école, exigent de mettre en place de nouvelles actions, ce qui s’est traduit notamment à travers un partenariat entre l’école et l’université. ».

En Chine :

map china-01

« Les 3 villes phares que sont Shanghai, Singapour et Hong-Kong s’éloignent des traditions culturelles dans toutes les réformes et sans les réformes elles n’auraient pas eu ces résultats.  Dans chaque pays, on retrouve le même credo, la société et le monde ont changé donc il faut changer l’éducation : « Look global, act local ». »

Au Japon :

map japan-01

« Le Japon évolue lui aussi selon une combinaison de modèles mais en gardant des traditions et des valeurs, notamment le respect des personnes âgées, le nettoyage des écoles par les élèves et une grande solidarité entre les meilleurs élèves et les moins bons. »

 

Donc, un système éducatif parfait ?

Les systèmes éducatifs d’asie orientale sont réputés car il tiennent compte de toutes les valeurs de l’éducation, sans en mettre de côté :

  • Entre modernité et tradition
  • Une méthode qui consiste à «apprendre à apprendre»
  • Reprendre et observer les autres modèles sans les copier
  • La réussite sans nuire au bien-être
  • Protectionnisme et ouverture sur le monde (notamment pour les langues)

Et le soutien scolaire dans tout ça ?

On pourrait penser qu’avec un système éducatif aussi bon, le soutien scolaire serait relégué au second rang, et bien c’est tout à fait le contraire, on peut mettre en avant l’exemple chinois.

La Chine était connue pour sa politique de l’enfant unique. Les familles misaient donc énormément sur leur seul descendant. Mais les familles asiatiques montrent de plus en plus de méfiance vis-à vis de l’institution scolaire publique qui ne répond plus à leurs attentes, le soutien scolaire privé se développe et ces cours sont dispensés par des sociétés commerciales privées.

Selon une étude qui ciblait les parents avec des enfants en âge d’aller à l’école, 60% de ces parents ont pris ou vont prendre des cours particuliers pour leurs enfants.

Autre exemple, la Corée du Sud, qui est la championne du monde du soutien scolaire, et qui y consacre chaque année la bagatelle de 24 milliards de dollars. Voir notre article Impact économique des cours particuliers.

On peut voir que le soutien scolaire est fort en Asie de l’Est et que la motivation est de compléter le modèle éducatif actuel et d’apporter à l’enfant toutes les chances de réussir.

Sources :

  • « Peut-on parler de modèle éducatif asiatique ? » Bernadette Tresfels
  • « Quelles leçons tirer de la marchandisation de l’enseignement en Asie ? » Anne Vallet

http://www.blftrade.com/fr/choisissez-votre-marche-cible/etudes-memos/etude?id=515311

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s