Tout ne se décide pas à 18 ans

Tu veux faire quoi quand tu seras grand ?

Chaque année en France, entre 700 000 et plus d’un million d’élèves passent le bac. Avec l’arrivée des premiers examens «capitaux», les jeunes générations sont soumises au stress de plus en plus tôt.

De mauvais choix pris trop tôt.

Véritable phénomène de société, la performance devient un mal pour beaucoup, dans cette course effrénée à la réussite à tout prix.
On stresse à 18 ans pour ne pas louper son orientation « parce que notre vie en dépend ». Comme beaucoup d’idées reçues, c’est avec ce mélange de clichés et de désinformation que la majeure partie des adolescents français grandissent. Nous entretenons nous-mêmes, souvent inconsciemment, ce mal-être de plus en plus précoce chez les plus jeunes. Finalement, on se rend compte à 25 ans et au-delà, que la reconversion est infinie et possible.

Un échec ? Et alors !

Oui, sachez le, malgré notre culture française et la lourdeur de notre système éducatif, le droit à l’erreur est acceptable et l’échec n’est, ni plus ni moins, qu’une expérience qui doit nous faire grandir.

Bien que ce concept reste difficile à intégrer, aux vues d’un système qui semble imperméable et étanche, le grand écart reste possible avec un peu de patience, d’administratif (soupir) et de bonne volonté.

Conclusion : Ne stressez plus, informez-vous.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s