Education et Politique : Enjeu de campagne ? Ou pas ?

A quelques mois de la Présidentielle de 2017, les personnalités politiques sortent de leur silence et présentent leur programme. Quelle est la place de l’éducation dans ce marché aux promesses ?

Le présent : la récente réforme des collèges.

La réforme des collèges a été introduite durant cette rentrée 2016, en résumé voici les principaux changements :

  • Une deuxième langue vivante sera enseignée dès la cinquième (au lieu de la quatrième actuellement).
  • Un accompagnement personnalisé dès la 6e pour les « aider à devenir collégien ». L’accompagnement peut prendre la forme d’un approfondissement ou d’un renforcement des connaissances. L’accent pourra par exemple être mis sur la méthodologie afin de leur apprendre comment prendre des notes et leur permettre de s’organiser pour leurs révisions, leurs leçons, les recherches documentaires et le travail sur Internet.
  • Des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI), dès la 5e, afin d’introduire davantage d’interdisciplinarité entre professeurs de plusieurs matières.
  • Les élèves vont travailler plus souvent en petits groupes. L’accompagnement personnalisé et les EPI sont ainsi l’occasion « d’apprendre de façon différente pour approfondir et consolider les fondamentaux et de travailler l’expression orale ».

Beaucoup de changements permettant d’inculquer aux enfants les méthodes pour apprendre, gagner en confiance et ainsi être plus à l’aise. On peut faire un parallèle avec le système éducatif finlandais dont la réforme reprend l’envie d’accompagner et soutenir chaque élève.
Pour en savoir plus sur le système éducatif finlandais

Cette réforme a été très décriée mais tout le monde s’accorde sur la nécessité d’apporter des changements dans un système éducatif vieillissant. Et ce n’est pas anodin que cette réforme soit appliquée quand beaucoup de potentiels candidats à la Présidentielle sortent de leur grotte…

Le futur de l’éducation

« En marche » vers l’éducation ?

Lors de sa visite à Bobigny le Lundi 5 Septembre 2016 Emmanuel Macron, le meneur du mouvement « En marche », s’est exprimé au sujet du système éducatif français. Il le qualifie comme un des « des sujets centraux du pays ». A ses yeux, les problèmes économiques et de mobilité sociale sont le problème d’un système éducatif trop fermé et déterministe sur le plan social. Il ajoute que « La transformation numérique et environnementale que nous vivons va transformer en profondeur notre économie, et donc l’appareil de formation joue un rôle central dans les réponses que allons porter ».
Pour Emmanuel Macron l’éducation et la formation sont les moteurs d’une économie forte et d’une société stable, investir dans l’éducation est donc un enjeu important du pays.

A Gauche ou à Droite, l’éducation au cœur de la rentrée politique.

La Droite aussi a effectué sa rentrée politique. Et l’éducation était au centre de cette rentrée.
Alain Juppé, entend marquer sa conviction très profonde que l’éducation doit être la priorité de la nation.

« Chance pour ceux qui sont prêts, le monde ouvert qui est le nôtre aggrave les risques de décrochage et de perte de repères pour ceux à qui l’école et leurs familles n’ont pas donné les bases nécessaires pour l’affronter : savoir écrire et compter, apprendre à exercer son jugement, comprendre les règles nécessaires à la vie collective. »

Le Candidat à la primaire de Droite précise que près de 120 000 jeunes sortent chaque année de l’école sans diplôme ou qualification.

« Un grand gâchis, un réservoir de frustrations, de désillusions, et parfois de vives rancœurs à l’égard d’un système qui n’a pas su donner à chacun ses chances. C’est pourtant la vocation de l’école d’être ce lieu où chacun peut réussir selon son travail, ses dispositions et son mérite, où les meilleurs sont encouragés et où ceux qui décrochent ne sont pas laissés à eux-mêmes. »

« Je souhaite donc que nous nous engagions ensemble sur la voie exigeante de l’adaptation de notre système éducatif à son environnement. »

Alain Juppé trace donc un système éducatif solidaire, qui soutient tous les élèves mais surtout un système éducatif qui s’adaptera au marché du travail, au numérique.

Des propositions qui en amèneront d’autres ?

Un autre candidat à la primaire de Droite a posé l’éducation au centre de sa rentrée politique, c’est le cas de Bruno Le Maire. Ci-dessous la liste de ces propositions :

  • Passer de 10h à 15h de cours de Français en Primaire
  • Supprimer l’ENA
  • Supprimer le Collège Unique et intégrer des heures d’options professionnelles dès la Sixième
  • Fusionner les lycées professionnels, CFA et Greta et les sortir du giron de l’Éducation nationale
  • Revaloriser le salaire des enseignants

Des propositions visant à supprimer et non à améliorer un système éducatif vieillissant. Mais cela suffirait-il à améliorer la scolarité des élèves Français ?

L’éducation était sur toutes les lèvres lors de la dernière rentrée politique avant la Présidentielle de 2017. Pour la quasi-totalité des candidats, le sujet est un enjeu majeur pour le développement économique et social de la France, mais aussi pour la campagne politique qui se profile..

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/titchrcom

Source :

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s